2​.​3

by KinChino

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €5 EUR  or more

     

1.
maintenant que tu sais ça change koi? téma! La pendule me rappelle que le temps ne s'arrête pas L'amour ne s'achète pas, le bonheur ne se prête pas Téma c'est loin, mais téma comme on en parlait De cet avenir parfait, souviens-toi comme on en rêvait Mais tout n'est pas si frais et quand je téma les cartes Je me répète qu'on s'écarte et qu'on n'était pas si précis L'esprit rétrécit comme les journées d'hiver, cimer Ne parle plus d'avenir car le présent je m'y perds téma Je comprends rien, téma j'ai du mal à le dire Mais à l'école de la vie, mon frère j'ai du m'endormir Téma le monde est mauvais pour des billets mauves C'est la mode mais sans les modèles sans les codes c'est Game Over Téma y a plus de love, téma y a plus de logique On cogite mais on se corrige plus, on tire mais on ne vise plus Téma ça part en vrille, la tête vers le ciel Le cerveau dans la tise mais la vie est belle Té-té-téma, qu'est-ce tu ferais si t'étais moi T’adoucirais le scénar pour aguicher le ché-mar Ou tu dresserais le schéma, éveillerais les sonars Et utiliserais ton art pour les faire sortir du coma ? à c'qui parait le bonheur est à porter de tes mains... le monde baigne dans le sang ya des témoins tuer son prochain... parait qu'c'est humain ça joue les durs mais c'est tout mou téma tes mathématiques servent toujours à compter tes morts chuis comme un pilote à bord d'un rafale qui va s'écraser sur le tarmac téma le monde est dirigé par des escrocs qui t'arnaquent une belle bande de putes qui nous cornaque et même si t'es pas d'accord, c'est comme ac téma t'es mal... Té-té-téma, qu'est-ce tu ferais si t'étais moi T’adoucirais le scénar pour aguicher le ché-mar Ou tu dresserais le schéma, éveillerais les sonars Et utiliserais ton art pour les faire sortir du coma ? Téma la haine est semée, téma l'amour a le seum On vit seul, on meurt seul, parce qu'on n'attend les sommets Téma dans tous mes sonnets, l'espoir est en chute libre Moi je rêve quand je suis ivre c'est pour ça que j'ai plus sommeil Téma le monde est immense comme la cruauté des hommes Qui ont pendu la morale et vendu la mort à des mômes Téma y a plus de sens, l'avenir n'est pas dessiné On prend conscience de la merde quand le film marche au ciné. y'a qu'sur ton pc que tu peux arrêter l'système file une lame ya plus ka s'faire hara kiri dans c'monde de putes ya qu'les sales rats qui rient désolé Rockin on va raquer on va prendre cher dans la gueule mais on s'relevera pas on est pas Rocky on est né pour s'bouffer comme Rox et Rouky on s'fera civiliser comme des cherokee oki doki impossible de lutter demande à Rotschild batard! j'lui laisse ses gros chiffres ça sert plus à rien de sortir les griffes j'espere juste qu'ils se font chier dans la vie! même les yeux ouverts ils nous jetterons dans l'abîme c'est juste mon avis heureux sont les imbéciles Té-té-téma, qu'est-ce tu ferais si t'étais moi T’adoucirais le scénar pour aguicher le ché-mar Ou tu dresserais le schéma, éveillerais les sonars Et utiliserais ton art pour les faire sortir du coma ?
2.
D'en bas. D'en bas Votre monde semble docile et froid. On entend moins le cri des bombes sous la surface. Je préfère l'ombre livide aux soleils encrassés. D'en bas. D'en bas Votre monde semble docile et froid. On entend moins le cri des bombes sous la surface. Je préfère l'ombre livide aux soleils qui s'effacent. Vers un avenir à la dérive, sur un navire incertain. Tous naviguent les yeux rivés vers un futur indistinct De quoi j’ai peur, vu que c’est mes vices qui envahissent les abysses, Ma salive et ma pisse pour que le Pacifique palisse. L’Atlantide n’est pas un mythe, nos déjections insubmersibles. Un océan salit par l’incontinence de nos usines. Un continent de nos urines, fait de plastique fait en Chine, D’élastiques des nos échines, de la sueur de nos machines. Je déverse mon progrès dans une vaste eau grise, Et régresse au grès des flots, des vagues de krills se cristallisent. Les Cétacés m’encombrent, qu’ils restent tous tassés dans l’ombre, Je dois me noyer dans leur monde, me prélasser dans la pénombre. Une Terre Promise en ficelle, sur aucune carte officielle, Cicatrice artificielle, avertissement fait au ciel. Le pouvoir que nous avons de tout gâcher, La onzième plaie, nos plaques de déchets. D'en bas. D'en bas Votre monde semble docile et froid. On entend moins le cri des bombes sous la surface. Je préfère l'ombre livide aux soleils encrassés. D'en bas. D'en bas Votre monde semble docile et froid. On entend moins le cri des bombes sous la surface. Je préfère l'ombre livide aux soleils qui s'effacent. Entre l'abîme et les abysses se sont abimés des titans de fer, Des barils d'acide ont plus comme lors de dix temps de guerre. Et du krill aux baleines, ont crié les sirènes. Le bleu de l'océan n'est plus que bleu de méthylène. On croyait être à l'abri de leur vilénie. On entend plus les discours haineux que les Penny Lane. Ils ont croisé tant de fer. Ils ont froissé tant d'amertume. Les dauphins le savent : Être à l'air tue. Au milieu des épaves sommeille les amibes, Les algues primitives qui rongent les ruines d'Atlantide. C'est tout ce qu'ils méritent. Ils n'auront plus d'amis Jusqu'à ce que l'eau qui les compose rejoigne la vie sous-marine. Goutte à goutte, coûte que coûte, Qu'ils transpirent, mentent et se planquent, Car du plancton à la raie manta, nous hantons les ténèbres, Impatients d'engloutir leurs doutes. D'en bas. D'en bas Votre monde semble docile et froid. On entend moins le cri des bombes sous la surface. Je préfère l'ombre livide aux soleils encrassés. D'en bas. D'en bas Votre monde semble docile et froid. On entend moins le cri des bombes sous la surface. Je préfère l'ombre livide aux soleils qui s'effacent.
3.
Tranquillement mais surement, j'avance doucement. Trop de sentiments j'me perds dans mon tourment, j'attends le tournant. Autoir de moi des blocs de ciments, a force d'archarnement, j'irais plus loin j'en fais le serment. A quoi ca sert de faire les choses trop vite, on pense gagner du temps, on se fait du mauvais sang, on s'agite. Restez zen , sentir le bon moment, à quoi ca sert de courir si c'est pour avancer en reculant. Hypnotisé par le temps qui passe, chasse les mauvaise idées. Mon crane se remplit pourtant je sens que je suis vidé. Mon corps et mon esprit ne font qu'un, dure de les dissocier. Je sens un flou dans mes pénsées, écartez vous j'vais exploser. Respire, sent l'air dans tes poumons. Expulse le stress, plus de sueur sur le front. Sage décision, de controler ses pulsions,grâce à la réflexion je saurais quand passer à l'action. Je n'ai pas de temps alors qu'importe si je le perds à flâner, Que je l'égraine en gaspillant des années. Qu'importe, j'attendrai le vent. J'attends. J'attends. Si je me traine tout débraillé, Que tu entends mon cynisme bailler, C'est que mes rêves sont entaillés Et que mon espoir a déjà taillé. Le temps d'un cut ... vu qu'les MC ne m'entendent pas Besoin d'un bon couplet, genre un truc que t'attends même pas Nouvelle team en ce-pla, K.I.N pour les sse-ba Le mutant de la se-ba, G.A.M c'est le se-bla Monte dans le cockpit, monte de le vaisseau On t'envoie beaucoup plus haut que ce que tu fous dans tes naseaux Altermutant, ton alter-ego Attend je termine et je m'installe dans ton réseau Tranquilos mais suros on arrive avec le sourire, On a grandit dans le rap on pouvait pas le laisse pourrir On pourrait t’écrire des cahiers, des phases, des rimes décalées On pourrait parler des femmes ou brailler des vices de nos alliés On pourrait parler, déblatérer sur les mythos Les déranges du micro qui feraient mieux d'ouvrir un dico Tranquillement mais surement, à l'aube de mon bouquin Ne mélange pas le rap et ces petits cons qui font du boucan pour rien. Je n'ai pas de temps alors qu'importe si je le perds à flâner, Que je l'égraine en gaspillant des années. Qu'importe, j'attendrai le vent. J'attends. J'attends. Si je me traine tout débraillé, Que tu entends mon cynisme bailler, C'est que mes rêves sont entaillés Et que mon espoir a déjà taillé. file moi une feuille que je te roule une rime Que je t'imprime un verset à verser au dossier de tes drames c'est la déprime je ne serai jamais au prime time Old timeur rappeur en interim, bientôt à la retraite, MC éponyme un flow en epoxy, éponge son encre dans le whisky le rhum exprime mon vague à l'âme, le dilemme je le supprime, tranquillement mais sûrement assurément c'est du Altermutants Et ya pas le feu, en tout cas pour l'instant, posé dans le canapé j'ai déjà vidé mon gobelet va falloir se lever à un moment une chose est sure, tout doucement je commence à être mûr à l'approche de mes 36 printemps Je ne suis jamais pressé comme le citron, C'est dans mon verre que se gère la pression j'ai l'impression que tout défile à toute allure, on se perd de vue en se disant à tout à l'heure Tranquil le chat, relax max, je demeure pépère... Je n'ai pas de temps alors qu'importe si je le perds à flâner, Que je l'égraine en gaspillant des années. Qu'importe, j'attendrai le vent. J'attends. J'attends. Si je me traine tout débraillé, Que tu entends mon cynisme bailler, C'est que mes rêves sont entaillés Et que mon espoir a déjà taillé.
4.
Je suis perdue, ou suis je, je ne me souviens plus. Des bouts d'images me reviennent, mais tout parait confus. Je suis perdue, ou suis je, je ne me souviens plus. Des voix étranges surviennent, mon amour m'entends tu ? Primo, t'as kidnappé ma promise Deuzio j'ai les crocs, blaireau, t'as parlé trop vite Le château est piégé ? J'ai les plans La vie, l'XP, la mana, j'ai fait le plein La main ferme et fiere, prête à croiser le fer T'as volé mon paradis, je t'offre un raccourci vers l'enfer S’enfuir, tous tes sbires le répètent Avant que ma lame rouge ne viennent leur ôter la tête. Aucun garde, aucun ennemi n'entrave la progression Vengeresse profession, précaire est ma protection Tu peux trembler ton heure approche à grands pas La boussole indique que tu trônes dans la grande salle Mais y a ce foutu couloir, tout noir Entre les faux plancher et les shuriken qui tournoient Non ce n'est pas un tournoi, ou toi ou moi Ce soir aura la tête qui tournoie au bout d'un bout de bois. Les coups fusent ouais t'es balaise, mais ton armure je la balaye Au confin de ton palais, ta vie n'est plus qu'un vulgaire salaire J'ai décimé tes valets, depuis les premiers volets Tu t'envoles et tu disparais, redescends l'épée veut parler Mais d'un coup, te toucher devient galère Les dégâts sont critiques, faut que je revois ma tactique L'heure est grave, tes sorts ont brisé mon armure Ce soir la magie noire a pris le dessus sur l'amour. Je suis perdue, ou suis je, je ne me souviens plus. Des bouts d'images me reviennent, mais tout parait confus. Je suis perdue, ou suis je, je ne me souviens plus. Des voix étranges surviennent, mon amour m'entends tu ? Caché derrière mon imper noir, la capuche sur la tete, j'avance dans le noir, j'entends des bruits, les gobelins font la fete... hum je saute, je passe par le toit, j'sors mon couteau, le chef de la bande crie, il m'entend pas. Première phase rentrer dans le caveau, tuer un garde, prendre ses affaires cacher son corps en morceaux. Deuxième phase passer par les oubliettes, monter les escaliers, éviter les tas d'squellettes. Ok me voila dans la troisième, arriver dans le hall principal, je neutralise le cardinal. Quatrième, je passe par le salon, j'entends une réunion, les pires danmées de l'espèce sont là, je suis l'espion. Pret à surgir à tout moment j'attends que tout le monde parte, plus personne, sur la table les dernières cartes. Je me faufile discrement derrière les colones, je ne fait qu'un avec l'ombre, plus de lumière j'en frissonne. Je ne suis plus qu'a quelques metres de la cible, cet enfoiré détient mon pote et sa copine. Impossible de penser à autre chose je veux sa mort sur ma conscience, il est temps que jm'expose. Plus rapide, plus précis, mais je sens un truc pas net, le corps que je tiens entre les mains est une marionnette. Vla qu'ma manette tremble oh putain c'était un leurre....................... GAME OVER Je suis perdue, ou suis je, je ne me souviens plus. Des bouts d'images me reviennent, mais tout parait confus. Je suis perdue, ou suis je, je ne me souviens plus. Des voix étranges surviennent, mon amour m'entends tu ?
5.
Perfusion, j'ai besoin d'un nouveau corps, l'envie d'un cerveau neuf me ronge, c'est de en plus en plus fort. Addiction, mais je ne suis pas une nouvelle substance, à peine trois grammes dans le sang, qu'on part deja en transe. Agitation, je commence a faire effet, je sens l'adrenaline qui monte, c'est bon, vazi on la remet. Excitation, je me sens pousser des ailes, invincible criminel, quand on m'appelle. Illusion, Diffusion, Confusion, Manipulation, Decision, Imagination, Politisation... Plus de limite, J'ai le controle sur tout, assouvir les désirs, dictateur d'avenir, j'ai toujours écrit l'histoire, on peut me voir comme l'espoir, parfois comme le desespoir, certains me voit en noir. Je suis je suis... je suis le... Pouvoir donne une arme au plus chétif de l'espèce et il s'prendra pour un tueur ou le sheriff de l'espace donne 3 grammes de pouvoir à un imbécile t'as le roi des cons dans la seconde passe moi le mic [maïki] que j'entre en résistance comme dans le maquis trop de fois ils nous on moqué et ils pensent qu'ils nous ont maqué... moi jamais j'abandonne comme Naruto Uzumaki plein l'cul d'se faire arnaquer, d'se faire rouler comme des california maki remarquez qu'j'emmerde le roi, le prince et le marquis j'emmerde tout ton bordel et toute ta hiérachie! mes idées sombres flottent comme le drapeau noir de l'anarchie je ferai tout pour rien faire... j'y mettrai toute mon énergie! comme Grand Corps Malade même sur une patte ça peut marcher j'décoche mes rimes comme un archer. donne une arme au plus chétif de l'espèce et il s'prendra pour un tueur ou le sheriff de l'espace donne 3 grammes de pouvoir à un imbécile t'as le roi des cons dans la seconde prendre seulement 3 grammes de la bêtise des hommes c’est suffisant, assez et pas trop pour devenir à son tour misanthrope Avoir envie de tout défourailler de tirer à vue et de se faire plomber sentir le souffre sorti du canon chromé un dernier soupir, un dernier souffle terminé tirer le rideau d’un monde fou à lier comme le K A B A L, je suis fou à nier Qu’un chétif armé se sentant pousser des ailes abattant des enfants dans une école, c’est cruel Donne 3 grammes de pouvoir à la NRA Et tu auras ce type de résultats C’est pas que je sois pessimiste sur la pérennité de l’espèce mais j’ai l’impression que la nature humaine est perverse Il n’y qu’un pas de la brebis au loup reste à savoir si tu es derrière ou devant le 6 coups. donne une arme au plus chétif de l'espèce et il s'prendra pour un tueur ou le sheriff de l'espace donne 3 grammes de pouvoir à un imbécile t'as le roi des cons dans la seconde
6.
j'vais pas t'cacher c'est vrai par ici on s'traite de pédé avec plus ou moins d'humour moi je sais que les gays ne sont pas forcément des tapettes demande à Garett Thomas et chez les hétéros j'en ai connu des gros lâches! qui s'prennent pour des gros bras mais c'est que des connasses! j'vais te dire en fait c'qui me fais chier moi... c'est que dans mes ghettos les jeunes n'ont pas les épaules pour encaisser la haine alors ils en déversent une partie sur une autre minorité opprimée alors qu'on est les mieux placés pour comprendre que la différence doit être primée! criminalisé dans la majeure partie du monde punis à coups d'fouets, à coups de bâton, de prison ferme et trop souvent c'est la peine de mort tu m'étonnes qu'ils se cachent et se la ferme... 2 meufs qui s'touchent ah bah là oui! par contre 2 mecs qui s'galochent et la France c'est l'Malawi dis moi ils font du mal à qui? c'est eux qui s'enculent et c'est toi qu'a mal au cul l'origine du mal c'est l'homme, sexe masculin toujours avec sa peur de s'faire émasculer on s'croit l'plus fort passkon peut éjaculer mamzelle tous ces bouffons évacue-les! j' t'explique c'est simple à comprendre avec sa teub l'homme se croit supérieur à la femme il assimile les pédés aux gonzesses donc les pédés lui sont inférieurs pauv' type! mais ce pauv' type peut avoir de tres hautes fonctions et il est fortement aidé par les religions qui oeuvrent depuis le départ c'est la faute de la femme t'as pas lu la fable? alors pourquoi ça changerait? tu diras ptet que c'est qu'ma vision tu peux même prendre mon texte en dérision être homo c'est une décision qui peut faire mal le retour de l'excision 2 meufs qui s'touchent ah bah là oui! par contre 2 mecs qui s'galochent et la France c'est l'Malawi dis moi ils font du mal à qui? c'est eux qui s'enculent et c'est toi qu'a mal au cul décidément c'est dément d'ici demain la haine va encore té-mon ces mythos pointent du doigt la sodomie comme à des chiens ils voudraient leur jeter un seau d'eau mais ce vieux démon le type en robe là, ce vieux sado le pape ratzinger ex "Hitlerjugend" ne veut pas céder il traite les porteurs du vih d'assassins potentiels de meurtriers en puissance et la cause initiale c'est les gays wesh les gars ces mecs c'est qui l'abruti qui nous les a légué? qu'on les rende à leurs siècles! franchement cimer, ça leur fera les ieps... le cul des autres interressera toujours les ànes putain mais qu'est-ce qu'ils nous tanent? 2 meufs qui s'touchent ah bah là oui! par contre 2 mecs qui s'galochent et la France c'est l'Malawi dis moi ils font du mal à qui? c'est eux qui s'enculent et c'est toi qu'a mal au cul n'oublions pas le triangle rose je defend, encore et toujours l'amour dans mes proses pédé et aloors? un couple qui veut voyager dans l'monde faut bien qu'il se renseigne... et ça, il faut que tu le saches
7.
L’histoire se répète de puis des siècles s’imitent Les faits et gestes de l’Homme cyclothymique Un salut qui laisse comme un air de déjà vu Des bataillons d’hommes solidaires le temps d’un garde à vous Un avant gout d’guerre, déjà vu hier Les évènements sur la frise se réitèrent Affligés, on s’ questionne devant les pages saumon Figés, pendant le tour de garde de l’empêcheur de tourner en rond On perd son temps, perd son calme, reste dans l’ rang, verse une larme Quand à la fin du rêve nous nous pinçons, Rends les armes ce n’est qu’un perpétuel recommencement Rejoins le camp de l’acceptation ou du renoncement Le grand H dans Homme c’est sa petite Histoire Triste comme celle qu’on raconte aux mômes dans le noir On recherche la petite sensation mais la fin on l’a d’jà lue et la pénombre nous effraie plus Il est temps à présent d’aller droit devant Le passé est en face et en s’enfonçant dans l’impasse Un éternel compte à rebours, au carrefour de demain on n’ fait que demi-tour. Tout se répète, l'histoire te fait la nique Et la matière grise a beau rouler des mécanique. Tout tourne en boucle et la vie est un sample d'elle-même. Tout tourne en boucle et la vie est un sample d'elle-même. La folie comme leitmotiv. À l'infini, en pénurie de motif. Trop de libido limite l'homme cupide stupide Ad libitum. Ad libitum. Ad libitum. Toujours les mêmes thèmes entêtants, chercher des rimes en les traitant Sur du KinChino envoûtant, je développe ma gouaille dans les temps C’est l’histoire de la vie, non mais t’es pas à Disneyland C’est comme un Safari donc le roi Lion se fera descendre On balance des poncifs, un brin dépressif On sent des relents de haine quand on rumine bien des passifs La manière de rendre justice : toujours la même mascarade ! Comme le prouvent les affaires Calas, Dreyfus et Raddad On refait les mêmes conneries, mais tant qu’à faire en bien plus grave L’histoire et son ironie nous font passer pour des caves Je ne suis pas un de ces penseurs qui a su comprendre ce monde Juste un observateur qui le regarde faire sa ronde J’ai pas de solution, je crois même pas qu’il y en ait une Parce que tout tourne en rond, ça se vérifie jusqu’à Neptune J’ai déjà dit ce que j’avais à dire mais je viendrai leur répéter Et tu diras que ça tourne en rond, et je continuerai de m’en péter. Tout se répète, l'histoire te fait la nique Et la matière grise a beau rouler des mécanique. Tout tourne en boucle et la vie est un sample d'elle-même. Tout tourne en boucle et la vie est un sample d'elle-même. La folie comme leitmotiv. À l'infini, en pénurie de motif. Trop de libido limite l'homme cupide stupide Ad libitum. Ad libitum. Ad libitum. Vlà que je récidive, faut que je positive que j’écrive avec autre chose que ma plume plumitive que je m’active sans attendre l’invective de mon encre addictive de mes phrases agressives qui puisent leur source dans mes entrailles je respecte mon art tel un samouraï je répète mes katas, c’est la cata quand Chino sort son Katana et attaque furtif comme un Ninja Pompier, persona non grata vient gratter un couplet de dingo Version 2.3 le K I N est chaud Dans un mouvement perpétuel écriture et ritournelle Triture les mots et mélodies cruelles C’est la quadrature du cercle quitte à remettre le couvercle tirer le rideau de l’humanité, terminé l’infinité J’ai beau dénoncer, rien ne pourra changer Tout se répète, l'histoire te fait la nique Et la matière grise a beau rouler des mécanique. Tout tourne en boucle et la vie est un sample d'elle-même. Tout tourne en boucle et la vie est un sample d'elle-même. La folie comme leitmotiv. À l'infini, en pénurie de motif. Trop de libido limite l'homme cupide stupide Ad libitum. Ad libitum. Ad libitum.

about

credits

released April 27, 2013

basse, claviers, MPC: KinChino
violon: Sataan
violoncelle: Princesse Hannah
guitare: Tricks

MCs: Zé Riu, Le Gamin, Mauricio Santana, Syrano, Tricks, Pompier, Lektor & Cherzo

mix: Buzz
master: TiNiG
visuel: Fabrice Zaini

une production Altermutants

license

all rights reserved

tags

about

Altermutants France

contact / help

Contact Altermutants

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

If you like 2.3, you may also like: